01 85 53 20 36

Objet de votre demande

Informations personnelles

Votre hypnothérapeute à Paris 14e
PRENDRE RENDEZ-VOUS
Vous appréciez, partagez !
Delphine Morel Télèphone01 85 53 20 36
Adresse14 Rue Fermat
75014 Paris
 

Les questions que vous vous posez

Suis-je hypnotisable ?


Dans la mesure ou l’hynose est un état naturel expérimenté par chacun quotidiennement, a priori tout le monde peut suivre une hypnothérapie. Il arrive que certaines personnes soient moins réceptives que d’autres et entrent un peu moins facilement en transe, mais cette différence peut s’atténuer et ne constitue pas un empêchement au traitement par l’hypnose.
Les seuls cas de contre-indication de l’hypnose concernent les personnes psychotiques.
 

J’ai un peu peur de me faire hypnotiser, y a-t-il des risques ?

 
L’état d’hypnose est une état d’hyperréceptivité, vous ne perdez pas votre lucidité et vous augmentez votre créativité. À tout moment vous gardez le contrôle de vous-même. Vous n’êtes pas endormi, l’hypnose ericksonienne n’a rien à voir avec l’hypnose de spectacle.
 

Combien de séances sont nécessaires ?

 
Les thérapies relevant de l’hypnose ericksoniennes appartiennent à la catégories des thérapies brèves. Cela signifie qu’il ne s’agit pas de thérapies au long cours, qui peuvent durer plusieurs années.
 

Qu’est ce que l’hypnose “éricksonienne” ?

 
L’hypnose ericksonienne est un technique qui permet à l’hypnothérapeute de dialoguer avec l’inconscient du sujet. Elle a été mise au point aux Etats-Unis dans les années trente par Milton Erickson, chercheur et médecin en psychiatrie.
L’hypnose de spectacle est une tout autre pratique de l’hypnose, sans visée thérapeutique.
 
Le cœur de la technique ericksonienne est constitué entre autre par la « suggestion indirecte » et la « métaphore. Il s’agit d’une manière de dialoguer qui s’adresse directement à l’inconscient. Cette technique vise notamment à désactiver les différentes résistances conscientes de l’individu, telles que le raisonnement logique par exemple.
 

Avertissement

 
N’étant ni psychiatre, ni médecin, l’hypnothérapeute ne fait pas de diagnostic et n’est pas habilité à prescrire, ou modifier un traitement médical.
 
L'hypnose est contre-indiquée aux patients psychotiques en phase aiguë (paranoïa, schizophrénie et psychose maniaco-dépressive), dont l’état est jugé "borderline", aux patients psychopathe ou pervers diagnostiqués comme tels, aux patients dissociés pathologiquement (risque de bouffées délirantes), aux patients en dépression mélancolique  (risque suicidaire très important).